Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
La Joie de Vivre

ADJE

Mon beau village natal

Publié le 28 Novembre 2008 par Raoultson in Ma passion

 

                            Nouveautes 1349-copie-1    

               Connais-tu mon beau village
 

         Connais-tu mon beau village, 
        Qui se mire au fond du ruisseau? 
        Encadré dans le feuillage, 
         On dirait un nid d'oiseau 

           Ma maison parmi l'ombrage, 
            Me sourit comme un berceau, 
             Connais-tu mon beau village, 
              Qui se mire au clair du ruisseau? 

               Loin du bruit de la grand'ville, 
               A l'abri du vieux clocher, 
               Je cultive un champ fertile, 
               Un jardin près d'un verger, 

            Sans regret ni vœu stérile: 
            Mon bonheur vient s'y cacher, 
            Loin du bruit de la grand'ville, 
            A l'abri du vieux
 clocher. 

         Quand ta voix, cloche argentine, 
        Retentit dans nos vallons, 
       Appelant sur la colline, 
      Les bergers et leurs moutons, 

      Moi, joyeux je m'achemine, 
      En chantant vers les sillons, 
       Quand ta voix, cloche argentine, 
         Retentit dans nos vallons. 


                 Sous ton ciel, ô ma patrie 
                 Mon village est le plus beau! 
                 Plein de lui, l'âme attendrie, 
                 Je le vois dans ton drapeau, 

                Et je veux qu'   il me sourie 
                Dans mes fils      jusqu'au tombeau! 
              Sous le ciel de        ma patrie 
             Mon village est         le plus beau!
 

1    

 

        2

                      3                                                  4            

                                           Mon village natal.

                      Ici je suis chez moi.

                     Je suis vraiment chez moi.

                     Les femmes que je vois,

                               Les hommes que je croise;

                               M'appelent leur fils

                  Et leurs enfants leur frère.

                  Le patois que l'on parle est le mien.

                  Les chants que j entend,

                  Expriment des joies et des peines

                               Qui sont les miennes.

                               Les herbes que je foule,

                               Reconnaissent mes pas.

                            

                                                                5                                            

 

                      Mon village vu du ciel

                                7 

Commenter cet article

isa 01/01/2009 20:11

tu arrive bien a renddre le contextre la vie de chez toi !! de belles couleures de l'emotion!!